Épisode 5 : Mon ami Plumti

Quand il vient manger sur la terrasse, Plumti le merle approche prudemment. On le reconnait aux deux taches blanches qu’il arbore sur la tête.

Capture d'écran
Plumti sur la terrasse aux oiseaux (Paris intra-muros).
Les merles font partie de mes visiteurs quotidiens. Un mâle, surnommé « Plumti » par ma femme, est là depuis plusieurs années. Il est facilement reconnaissable grâce à deux taches blanches atypiques sur sa tête, près du bec et derrière l’œil droit. D’ordinaire, les mâles sont tout noirs, avec un bec jaune orangé, et les femelles ont un plumage brun et un bec marron. Plumti veille sur son territoire : il pourchasse les intrus qui osent s’y aventurer. Certains soirs d’été, posé sur la barrière de la terrasse, il chante pour toute la résidence et le jardin en contrebas.

UN, DEUX, TROIS, SOLEIL

Plumti aime picorer des vers séchés et manger des noix de cajou (il a du mal à ouvrir les cacahuètes en coques). Il avance prudemment lorsqu’il vient chercher de la nourriture, en courant et en marquant des pauses, comme s’il jouait à Un, deux, trois, soleil. Puis, une fois son butin en bec, il s’enfuit comme un voleur pour le déguster dans un fourré. Parfois, il gratte le sol et fait sortir la terre des pots en cherchant des larves. Les merles aiment aussi les fruits : il y a quelques années, l’un d’eux m’avait piqué toutes les fraises qui poussaient sur la terrasse.

Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er jeudi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager cet article

À propos de l'auteur
Journaliste, co-fondatrice du journal minimal, je suis spécialiste des questions de société.
Articles similaires
Du même auteur
Exprimez-vous !

Exprimez-vous

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *