Les mots de Senghor résonnent encore

Chantre de la négritude, le poète et ancien président du Sénégal, Léopold Sédar Sengor, est mort il y a tout juste quinze ans, le 20 décembre 2001. Voici l’un de ses textes les plus connus, qui continue de faire enrager les racistes et autres suprémacistes blancs :

Cher frère blanc,
Quand je suis né, j’étais noir,
Quand j’ai grandi, j’étais noir,
Quand je suis au soleil, je suis noir,
Quand je suis malade, je suis noir,
Quand je mourrai, je serai noir.
Tandis que toi, homme blanc,
Quand tu es né, tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanc,
Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
Quand tu as froid, tu es bleu,
Quand tu as peur, tu es vert,
Quand tu es malade, tu es jaune,
Quand tu mourras, tu seras gris.
Alors, de nous deux,
Qui est l’homme de couleur ?

LÉOPOLD SÉDAR SENGHOR
Poème à mon frère blanc
(Nous n’avons pas trouvé la date de parution de ce texte, si vous la connaissez, dites-le nous, svp)

Leopold Sedar Senghor à l'ONU

Pour suivre les publications de mon journal préféré, je reçois la lettre minimale, chaque 1er jeudi du mois. Bonne nouvelle, c’est gratuit et sans engagement !

Partager cet article

À propos de l'auteur
Articles similaires
Du même auteur
Exprimez-vous !

Exprimez-vous

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *